Appel à manifestation d’intérêt Santé, Environnement Aménagement durable 2 - Ile-de-France

ARS et ADEME IDF

Lundi 4 mars 2019, par RAPPEL2 // Appels à projets

L’AMI SEAD co-porté par l’ARS IDF et l’ADEME IDF se renouvelle après celui lancé en 2016 par les deux agences. Cet AMI SEAD 2 ambitionne de poursuivre la construction d’une communauté grandissante d’acteurs intéressés par l’urbanisme favorable à la santé et souhaitant créer au plus près des bénéficiaires, des projets visant la qualité de vie, le bien-être au quotidien dans l’environnement urbain.
Cet AMI s’intègre dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Régional de Santé 2 de l’ARS IDF et l’action 1.1 du Plan Régional Santé Environnement 3 2017-2021 – « Prendre en compte la santé dans les politiques d’aménagement ».

Contexte de l’AMI :
Il apparaît que l’état de santé des populations urbaines et périurbaines est influencé par de multiples déterminants comme la ségrégation spatiale, l’isolement social, l’environnement naturel et bâti, le développement économique, l’accès équitable à une alimentation saine, les mobilités etc.
Les principaux retours d’expérience et diagnostics sanitaires locaux menés en Île-de-France le confirment : les principales préoccupations des habitants notamment dans les territoires de renouvellement urbain, portent le plus souvent sur les questions de fonctionnement et de pratiques de l’espace urbain lié à l’aménagement (sentiment d’insécurité, de relégation, déqualification de l’image de soi, fatigue liée aux transports et difficulté d’accès à divers services, lutte contre les nuisibles, mésusage des espaces publics, etc.). De plus, les caractéristiques de notre région francilienne fortement contrastée, avec un cumul de situations de défaveur socio-économique et de fortes expositions environnementales, laisse entrevoir des vulnérabilités et des risques sanitaires accrus pour les populations le plus défavorisées et plus sensibles du fait d’un état de santé péjoré.

Les intérêts de l’AMI :
Au regard des enjeux environnementaux et de santé décrits, l’AMI offre l’opportunité de penser des co-bénéfices « environnement et santé » et d’enrichir les démarches actuelles d’urbanisme durable par un prisme santé. Pour ce faire, l’humain sera placé au cœur de la conception de programme, politique ou projet urbain en tentant de répondre à ces questions :

  • Quelles typologies urbaines, quels choix de composition urbaine pour limiter les nuisances, les expositions et favoriser l’adoption de modes de vie sains ?
  • Comment promouvoir la santé mentale et le bien être dans des environnements urbains contraints et parfois très denses ?
  • Quelle gestion des espaces verts pour assurer des choix esthétiques tout en limitant le recours aux espèces végétales allergisantes ?
  • Comment repenser l’offre de services et de commerces et ainsi l’accès à une alimentation plus saine dans les quartiers ?
  • Comment allier performance énergétique et qualité de l’air intérieur ?
  • Comment agir et protéger les habitants de nouveaux quartiers pouvant être exposés à l’utilisation de pesticides ?
  • Comment réduire la précarité énergétique liée à la mobilité tout en favorisant les modes actifs ? etc.
  • Quelles collaborations interservices et intersectorielles faut-il imaginer afin d’aborder les enjeux croisés de santé portant sur des déterminants concernés par le contexte du projet ? Exemples : traitement des espaces publics et cohésion sociale, logement et santé mentale, insertion et bien-être mental, emploi et milieux de garde, accès aux soins et littératie en santé ; mobilités et emploi ; mobilités actives et alimentation saine ; espaces verts et santé mentale etc.

Les questions de l’équité, de l’impact différencié des projets d’aménagement sur les populations vulnérables (en fonction des catégories sociales, du niveau d’éducation, de l’âge, du sexe, de l’état de santé, etc.), des usages compléteront cette recherche de co-bénéfices, pour lui donner du sens, et l’inscrire dans une véritable durabilité.

Les destinataires sont :
Collectivités :

  • Communes de grande couronne et Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI)
  • Communes de la Métropole du Grand Paris et ses EPT.

Opérateurs publics ou privés de l’aménagement :

  • Opérateur public de l’aménagement (EPA, SPL)
  • Opérateur parapublic de l’aménagement (SEM)

Opérateurs privés de l’aménagement.

Dépôt de candidature :
Le dossier de candidature complet dématérialisé devra être déposé avant le 05 avril 2019 à 20h par courriel à ARS-IDF-AMISEAD@ars.sante.fr et environnement.collectivites@ademe.fr

Toutes les informations sur cet AMI sur le site de l’ARS IDF